Voyelle en balade… à la Nouvelle République… quand le e remplace, à tort, le a !

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 1789 (3 par jour)
En Débat

Voyelle en balade… à la Nouvelle République… quand le e remplace, à tort, le a !


VigilanceL’info est tombée au détour d’un regard vigilant, devant un supermarché du côté de Bressuire…

Hasard amusant ou significatif, je ne saurais dire… toujours est-il que de la vigilance, certains en ont eu, ce jour, dix-huit février, dans le bocage bressuirais où sur les places publiques s’affichait grandeur nature l’annonce d’un article de « La Nouvelle République » sur un comité de vigil e nce" (Une affaire de terres agricoles et de golf ).

Un responsable d’association qui passait à pied, par là, route de Nantes à Bressuire, s’est permis d’aller déranger le journaliste et sa secrétaire à leur bureau pour leur dire , non sans humour, que la faute était un peu grosse et qu’un responsable de supermarché, avait retiré illico l’affiche tellement il en avait honte et trouvait la faute criante et malhonnête envers la clientèle qui l’avait plein les yeux, en entrant dans le magasin.

Et le journaliste non sans un rire en coin de répliquer que dans les écoles ce n’est pas mieux et que les fautes d’orthographe y sont courantes… Donc pas de quoi fouetter un chat !

Je ne sais si ce journaliste local a lu Michel Serres et, si tel est le cas, il devrait savoir que la vigilance n’est pas un mot que l’on escamote et par ailleurs, c’est un bien grand dam de voir des gens par les temps qui courent, affichant leur licence de ceci ou de cela, leur diplôme de sciences po, leur bac+ je ne sais quel chiffre, signe de croix des années passées le postérieur sur des bancs de facultés (que l’expérience sur le terrain aura bien du mal à retrouver, comme disait Coluche) s’arroger le droit de faire le climat dans le paysage culturel, à l’instar de ce professeur en Sorbonne, hier soir au JT de 20 H sur une chaîne nationale de télévision, cautionnant le langage des banlieues au détriment du langage académique qui devrait, selon lui, s’adapter aux mots à la mode de la rue. La présentatrice n’en revenait pas face à ce laxisme ambiant !

Qu’on ne s’étonne donc pas de voir des lecteurs fidèles de la « NOUNOU », agriculteurs retraités, faire des fautes de français quand ils remplissent avec soin leur fiche d’adhésion au Rotary-Club ou au club de golf de Bressuire !

Quelle histoire pour une voyelle !

On ne va pas en faire un comité mais des milliers de gens, grâce à Petite poucette - et encore Michel Serres qui connaît certaines terres de ce bocage ! - vont être mis au courant…Dame, le hasard était si beau !

Texte proposé par Marcel Zelly Agriculteur retraité 79300 Beaulieu-sous-Bressuire

Haut de Page


Quelques précisions pour rester … Vigilant

  • La vie d’une affiche « Presse » 0,50 x 0,30 environ ne durant que l’espace d’un jour, nous remercions le bureau Nouvelle République de Bressuire d’avoir confirmé la faute reconnue. C’est tout à son honneur.
Notons que plusieurs articles mentionnent déjà explicitement « vigilent »
A suivre pour les corrections de la faute sur l’ensemble des articles du journal…
PNG - 87.8 ko
Les Tervais ont le sourire - Capture Ecran 2014-02-20

Les Tervais ont le sourire
PNG - 113.6 ko
Combranssière Leader - Capture Ecran 2014-02-20

Combranssière-Leader
PNG - 54.1 ko
Terves empoche un beau succès - Capture Ecran 2014-02-20

Terves empoche un beau succès
  • Le reportage TV mentionnée est celui du JT 20 H de TF1 - Début Time Code 23:33 -
    A ce titre, voir l’ouvrage cité Les Boloss des Belles Lettres - La littérature pour tous les walouf par @valtudinaire et @michel_pimpant
    Le professeur mentionné dans le propos ci-dessus : Jean-Pierre Goudailler précise « La rue, c’est le lieu où la langue se fait. Ce n’est pas à l’Académie Française que la langue se fait. On a véritablement l’évolution d’un registre de la langue devant les yeux. »
  • La « Nounou » est un hypocoristique flatteur pour désigner « La Nouvelle République ».

 
Pour présenter un droit de réponse orthographe - Nouvelle République : nous écrire en cliquant ici.

 
Liens utiles au lecteur

 
Lecteurs (trices), pensez à nous faire partager vos regards et informations sur l’orthographe….
Nous écrire en cliquant ici.

Haut de Page


Commentaires d’internautes

"Ah je reconnais bien là ma propre campagne, ma province !
Sachez qu’ici - dans l’Eure rurale où nichent des agriculteurs maîtrisant autant leurs cultures qu’une bonne connaissance de notre belle langue - je m’étrangle régulièrement à la lecture de la Une des journaux locaux. Le profond mépris du français et du lecteur (pour ne pas dire « je m’en foutisme ») dont font preuve de supposés professionnels rémunérés par ces publications me révolte.. Alors qu’un simple rédacteur ne parviendrait pas à leur faire publier un article, si bon soit-il…. Il en faut de la vigilAnce pour remédier au vagabondage récurrent de notre orthographe."

Par Valerie Simon Richard - rédacteur - correcteur français anglais dans Groupe Viadeo « Rédactrices & Redacteurs - Rédaction & Piges - Community Management »

Bonjour !

Bien apprécié le commentaire de Madame Richard. Je le trouve sincère et quelque part « terrien ». Je ne connais pas dans votre département des paysans attachés à notre langue, mais je je veux bien vous croire, Madame !
La défense de la langue ne me semble pas dans la parade qui consiste à sortir des mots très recherchés pour épater la galerie, mais bien dans le respect au quotidien de notre langage consistant à ne pas utiliser de termes vulgaires sans beauté phonétique, qui enlaidissent le vocabulaire en le dépouillant de son aura, comme le fait par exemple de jurer comme un charretier, que l’on porte ou non au cou, ce machin qu’on appelle une cravate.
Il y a dans votre département une enseignante auteur, avec l’une de ses collègues, d’un livre pamphlétaire intitulé « Ignare Academy ». Très intéressant. Il y a aussi, à Charleval , une dame avec laquelle j’ai échangé quelques lettres et qui est bien connue dans le cercle des dictées de compétition, Madame Barraud de Largerie.
Maintenant, quant à corriger les autres… il y a dans « Les cinq sens » - Philosophie des corps mêlés de Michel Serres ; page 368, un petit passage que j’aime beaucoup et je ne résiste pas à l’envie de vous le citer :
« Enfin libres, libres de parler à notre guise (…) D’écrire pour une femme, plus jamais contre un correcteur. »

Bien à vous avec mes sincères salutations paysannes .
Michel Ligner - Paysan retraité entre Armorique et Saintonge.



le 20 février 2014 par Envie De Lire
modifie le 28 février 2014