Envie de Lire - Création de Valeur et Développement Local

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 3309 (3 par jour)
En débat

Envie de Lire - Création de Valeur et Développement Local

La Langue d'Esope
La Fontaine raconte cette histoire de la langue d’Ésope : « La meilleure et la pire des choses ».
  • « Le maître d’Ésope lui demande d’aller acheter, pour un banquet, la meilleure des nourritures et rien d’autre. Ésope ne ramène que des langues ! Entrée, plat, dessert, que des langues ! Les invités au début se régalent puis sont vite dégoûtés. »Pourquoi n’as tu acheté que ça ?« . » Mais la langue est la meilleure des choses. C’est le lien de la vie civile, la clef des sciences, avec elle on instruit, on persuade, on règne dans les assemblées…«  »Eh bien achète moi pour demain la pire des choses, je veux diversifier et les mêmes invités seront là.« Ésope achète encore des langues, disant que c’est la pire des choses, la mère de tout les débats, la nourrice des procès, la source des guerres, de la calomnie et du mensonge ».
 
Lire… pour nos concitoyens
Quelques chiffres : Un tiers de français se rêvent écrivains [1] . Plus de onze millions ont déjà écrits un manuscrit pour la plupart en sommeil. Mais, ils lisent peu ! 5 heures hebdomadaire pour le pur plaisir, c’est-à-dire hors travail [2].
Le livre est encore à la 1re place de l’industrie culturelle française (20% devant le cinéma ou la musique).
A méditer : « « Lire, c’est un acte plus engageant qu’allumer la télévision pour voir un film ou passer une CD », me disait par téléphone Hervé Renard, directeur de l’observatoire de l’économie du livre rattaché au ministère de la culture » [3]

Haut de Page


Envie de Lire et Création de Valeur
Création de Valeur : Digital / Proxilité / Demande : Aujourd’hui la création de valeur vient principalement de la demande du citoyen, de l’usager, du consommateur… A ce titre, il y a besoin de circuits courts numériques ; d’actions produisant localement les contenus à lire, à partager ; mais aussi de conversations autour de la vie quotidienne, des enjeux de l’entreprise ou de la collectivité.
La capacité à maîtriser le français [4comme langue devient à l’heure numérique de notre société de l’information un atout pour chaque habitant / usager / collaborateur (tant pour la vie personnelle que professionnelle , l’employabilité et la créativité) ; mais aussi un facteur d’initiatives entrepreneuriales, de différenciation concurrentielle, d’identité, entre les territoires dans leur positionnement stratégique.

Haut de Page


Envie de Lire, Vocabulaire & Développement Local
Le développement (c’est à dire dérouler l’enveloppe), l’économie, l’emploi sont fortement influencés par le désir de proximité, la capacité conversationnelle et d’argumentation qui ne peuvent se limiter aux 140 caractères des réseaux sociaux ou aux Sms et Texto.
Les nouvelles références aux échanges par le don, le partage, la co-production… sont autant d’occasions de se parler, de témoigner de ses envies de dire… Pour tout cela, l’envie de lire contribue à étayer le vocabulaire mais aussi l’orthographe de chacun(e).… Rôle essentiel à l’heure d’une langue française malmenée !
Les acteurs et influenceurs locaux doivent méditer cette citation de Vergas Llosa : « C’est une idée fort répandue que la littérature est une activité superflue, un divertissement qui peut être sacrifié sans scrupules lorsqu’il s’agit d’établir une échelle de priorités dans les activités et les efforts de la lutte pour la vie ». Citation qu’il faut interpréter largement car visant non seulement la littérature, mais aussi tout ce qui fait accès à la connaissance en particulier les interfaces numériques faites de gestes, de signes identificateurs d’actions ou d’accès…

Haut de Page



Envie de Lire - Circuits Courts
Le déploiement numérique en tant que réseau, se déploie sur le « dernier km »… Pour les usages et les initiatives locales, comme pour les échanges de proximité, il faut développer des Circuits Courts Numériques sur le 1er km, générateurs de valeurs (économique, sociale, humaine) pour le territoire de proximité. Peuvent justement y contribuer la capacité conversationnelle et le vocabulaire des habitants, usagers… comme l’arrivée des objets communicants partout dans nos quotidiens de commodités ou de vie professionnelle, mais aussi les outils de représentation en réalité augmentée ou de production via les imprimantes 3D.
 
Du livre "Push" au livre "Pull"
Les modèles économiques d’aujourd’hui, en particulier sur l’accès aux informations, moteurs de la société numérique, sont principalement tournés vers le Push (pousser le produit vers le consommateur, à l’aide notamment de la force de vente, de la promotion et/ou en stimulant les intermédiaires de la distribution). Ceci en rendant le prix d’usage « accessible » (cf les récentes batailles tarifaires dans la téléphonie mobile) qui ne signifie pas forcément des économies low cost. Cela n’empêche nullement les valeurs économiques et monétaires crées localement de se déporter hors de leur territoire de création.
A l’inverse une économie Pull visera à capter l’attention du consommateur final (ou du prescripteur) pour l’attirer vers le produit. En ce domaine, le local dispose d’un effet de levier majeur : l’existence d’une communauté de proximité autour d’un lieu - son territoire de vie -, d’une identité.

Haut de Page


Désir d'Usages plus que d'Equipements
Les désirs d’usages (cf location de biens / services) ; l’émergence d’une société de l’information avec industriels, artisans, commerçants et intermédiaires associés ; la concentration des accès aux contenus (informations, littéraires ou non, média audio et visuels) autour de vastes portails internationaux « déportant » hors les territoires locaux, les valeurs économiques, monétaires accumulées… invitent à ne pas concentrer les initiatives donnant envie de lire sur la production locale des seuls équipements (médiathèques, musées, librairies, data center…)
Avec dynamisme (cf citation de Vergas Llosa ci-dessus), les acteurs locaux doivent, autour de l’Envie de Lire : déployer des politiques d’initiatives à la création d’usages, de réseaux, numériques ou non, par les habitants / usagers de leur territoire. C’est aussi vrai pour les entreprises qui veulent conforter leur identité et montrer leur ancrage à leur territoire d’origine ou d’implantation. Cf par ex Envie de Lire… Donnez le Programme !.

Haut de Page


Enjeu, Atout de la Capacité Créative des individus
Si la créativité de chacun(e) (habitant, usager, consommateur) tient bien dans les mots : originalité, singularité, insolite, étonnement, frottements, regards croisés, controverses, intuition, transgression, agilité… [5] ; il faut faire attention à ne pas se contenter d’en faire le nouveau buzz du moment [6] ; en particulier en considérant que le sésame viendrait d’une créativité collective comme l’on parle à tort d’intelligence collective [7].
Dans la plupart des époques, le développement d’un territoire, d’une communauté de vie est le fruit de savoir-faire locaux diversifiés, d’initiatives locales fortes (à vocation entrepreneuriale ou non) avec une vision d’avenir. Aujourd’hui, le numérique donnant, par son caractère acentrée, une égalité de chance à tout un chacun… il devient plus difficile de faire le tri, de se contenter de subir le marché ou les influences et buzz du moment… Envie de Lire participe au destin de chacun(e), comme à celui des territoires et communautés de vie.

Haut de Page


Quelques liens internet à explorer

Contexte Lire

 
Création de Valeur et Développement Local

 
Envie de Lire

Haut de Page

 
Si vous souhaitez approfondir comment progresser sur l’Envie de Lire en contribuant au développement local, Nous écrire en cliquant ici.



le 4 février 2014 par Jacques Chatignoux Opérateur
modifie le 10 février 2014

Notes

[1] Cf Les Français écrivent beaucoup… et lisent peu - Nouvel Observateur fév 2013.

[2] Cf Etude Ifop -Les Français et leurs écrits - Février 2013

[3] Cité par Gaëlle Grandon - Cf Emission La Quotidienne - Donner goût à la lecture : soigner la forme autant que le fond - 10/12/2013.

[4] Langue française bien malmenée aujourd’hui. Cf .

[5] Cf Créativité et Prospective Territoriale.

[6] Cf Créativités à tous crins… Parlons-en : Réalités tangibles, nouveau Sésame, Poudre de perlimpinpin ?.

[7] Cf Pour une critique de l’intelligence collective de Philippe Quéau « Ce terme est trompeur parce qu’une collectivité n’est pas un sujet, et ne peut donc être « intelligente » en soi. Ce sont les sujets pensants qui composent la collectivité qui peuvent être (plus ou moins) intelligents. Ce sont ces sujets qui sont des substances pensantes. La collectivité n’existe pas en temps que substance pensante. La collectivité ne peut être dite « intelligente » ou « pensante » que par métaphore et de manière fortement impropre. »