Entre Déontologie et Droit à l’image de la personne : le poids des mots… le choc des envies…

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 2564 (5 par jour)
En débat

Entre Déontologie et Droit à l’image de la personne : le poids des mots… le choc des envies…

Les envies de lire tiennent probablement au sens comme à l’usage des mots dans des contextes ou pour des professions données. Sur ce point certains rapprochements de mots peuvent révéler des contradictions, des faux-fuyants, des potentiels… et ainsi nourrir ou éloigner de l’envie de lire.
Explorons le rapprochement « Déontologie » et « Droit à l’image de la personne »… dont la signification et l’usage (en particulier par les acteurs des media) sont rappelés ci-dessous ; mais aussi les Envies de lire plutôt telle ou telle information, qui peuvent en résulter.

Pensez à nous suggérer certains rapprochements de mots pouvant nourrir ou éloigner de l’envie de lire… . Nous écrire en cliquant ici.


En deux mots

La déontologie est bien souvent mentionnée sur internet comme un mot phare du milieu des média.
… Pourtant à l’occasion d’un reportage d’actualité ou non, un journaliste et son cameramen… peuvent oublier le respect de la déontologie en matière de droit à l’image de la personne. Certes ils peuvent procéder au cache du visage ou de la voix de la personne… mais en privilégiant certaines situations (enfants, contexte tendu, sécurité des personnes filmées)… alors sur le principe, lui, est général.
L’article 9 de la Déclaration de Principe de la FIJ sur la Conduite des Journalistes mentionne pourtant : « reconnaissant le droit connu de chaque pays » [1].

  • Le principe est plutôt simple, il faut demander l’autorisation des personnes : « pour toute diffusion publique d’une photographie par voie de presse ou autre (site internet, télévision, revue, journaux, blogs etc.), le diffuseur doit obtenir l’autorisation expresse de diffusion de la ou les personnes concernées. »
  • Le principe est confronté au droit à l’information, au contexte de foule, à la spécificité des personnalités publiques…
  • Il permet aussi de donner un cadre juridique si non respect par ex pour diffusion commerciale ou publicité, détournement de l’objet, non respect de la vie privée…

Quelles envies ?

Dans le vie professionnelle, les occasions ne manquent pas d’avoir envie de passer outre, y compris en connaissance de cause.

  • Au-delà du risque juridique pour le journaliste ou son collaborateur… faut-il avoir envie de lire les nombreuses publications ou discours sur la déontologie du journaliste ?
  • Faut-il avoir envie de qualifier la chose de « dérapage »… dans un Etat de droit ?
  • Faut-il avoir envie de lire les éventuelles chartes des organisations de presse, ou explorer systématiquement les conditions générales d’utilisation du support… ?
  • Faut-il avoir envie de lire les réponses des dirigeants des médias à ce type de situation ?
  • Faut-il avoir envie de lire une décision visant à faire porter par les représentants des media, en situation de recueil d’informations, un badge portant leur numéro de carte de journaliste (mais quid pour l’identification des collaborateurs , et que penser pour les contextes média web) ?
  • Faut-il en déduire que seule l’envie de lire… se portera sur les critiques justifiées ou non , et non sur les textes de référence ?

Liens sur le net… A chacun(e) son information, son opinion, son envie de lire…

Déontologie

 
Droit à l’image de la personne


Voir en ligne : Rejoignez la liste de discussion Envie De Lire

le 9 janvier 2014 par Envie De Lire

Notes

[1] Mention également en est fait dans la Déclaration des droits et des devoirs des journalistes (Munich 1971) : « reconnaissant le droit en vigueur dans chaque pays »