Appel de bénévoles pour les livres en bocage bressuirais - Points-lecture : Breuil-Chaussée, Chambroutet, Clazay, Noirlieu

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 986 (2 par jour)
En débat

Appel de bénévoles pour les livres en bocage bressuirais - Points-lecture : Breuil-Chaussée, Chambroutet, Clazay, Noirlieu

L’appel ci-dessous en provenance de la Médiathèque de Bressuire pose plusieurs questions.

  • Bénévolats et contributions à une activité économique et locale - Que penser d’élus et de professionnels du livre de prêt faisant appel à la population pour faire gratuitement le travail de bibliothécaire ?
  • Le but en tout cas peut paraître louable… Seulement plus d’un citoyen s’est plu à regarder les choses d’un peu plus près, si l’on en croit les réactions souvent discrètes et courtoises, ici et là, au fin fond des villages. « D’abord que les gens payés dans les lieux publics pour faire ce travail, le fassent et point final ».
  • Bien sûr qu’il existe des personnes qui s’intéressent aux livres et qui, autour du livre, font plus ou moins de l’être-ensemble… sans passer par des points-lecture municipaux.
  • En termes de développement local, ce type d’initiative vient-il soutenir l’économie du livre et la création de valeur ajoutée locale ?
  • Comment concilier ce type d’actions envisagées avec le déploiement de livres sur tablette numérique ?
  • Faut-il davantage envisager un réseau entre Breuil-Chaussée, Chambroutet, Clazay, Noirlieu, pour donner naissance à une activité économique dans l’esprit des Villages du Livre.
    Ceci en explorant davantage la méthode, les projets de chaque libraire de proximité, la viabilité économique, le renouveau du développement local et du quotidien des habitants de ces villages…
    Plutôt que des « points-lectures » relais d’une médiathèque qui peut sembler « lointaine »… agir entre bénévolat et entrepreneuriat de proximité ?

 
Cf les commentaires ci-dessous

JPG - 189.9 ko
Clazay-Benevoles-Bibliotheque-Bressuire

Commentaires

Mon, 21 Jul 2014 par Michel Ligner - Président Association FILIGRANE- Lire et écrire en Deux-Sèvres - 79 CLAZAY
A l’intention de Madame Martine Leclerc

Madame le Conservateur !

Nous avons bien reçu votre appel aux bénévoles pour les livres en bocage bressuirais concernant quatre communes dites associées dont Clazay.
L’association Filigrane - Lire et écrire en Deux-Sèvres - sise dans la commune susmentionnée a la possibilité de donner pour vos points-lecture, un certain nombre de livres, si cela vous intéresse. Une trentaine à l’état neuf, d’auteurs classiques français. Ils seront à votre disposition, céans.
Merci de répondre pour fixer la date de votre venue, si ce geste bien normal vous convient.

Je pense que cette proposition peut, peut-être, quelque part correspondre aux aspirations d’un certain nombre d’habitants d’une commune qui, aux dernières élections européennes, a voté majoritairement pour un parti politique qui considère« le français comme la langue intangible de la République et l’une des trois langues officielles et de travail de l’Union européenne. »

Mon, 20 Jul 2014 par JC
Re : Appel de bénévoles pour les livres en bocage bressuirais

Voici un vrai sujet.
1- Pour la petite histoire, l’un des membres de ma famille avait donné à sa petite commune tout son fond de livres pour initier la petite bibliothèque locale… Personne ne lui en sût gré…

2- Le contexte de la culture numérique invite à davantage d’expériences utilisateurs que le seul déploiement des modalités historiques…
Si vous avez la possibilité retrouver l’article du journal La Tribune « rien ne remplace l’oeuvre originale Alain Seban » (Dir du Centre Pompidou). Cf Colloque « Chemins d’accès » Approcher l’œuvre : entre original et virtuel, quels défis ? .
Approche pas vraiment nouvelle mais il est bien de le rappeler pour réaffirmer que les enjeux culturels ne tiennent pas uniquement dans la numérisation des oeuvres et dans leur accès par internet comme veulent le faire croire les Googles et autre décideurs politiques du moment. [1].

3- L’envie de lire ne résulte pas seulement de l’accès aux oeuvres : écrits, films, peintures… Toujours utile de se souvenir des moments que chacun peut organiser comme il l’entend que ce soit pour vendre des produits en réunion Tupperware, ou dans des FabLabs, ou encore sur les petits marchés lorsque des éditeurs indépendants présentent leurs ouvrages édités à compte d’auteurs (Cf par ex Les Ecrituriales

4- Les acteurs des collectivités publiques doivent bien davantage apprendre à épauler des initiatives du terrain que déployer leur propre vision d’un sujet.
Le développement local est toujours à la mode, sans tambour ni trompette… à la seule mesure des énergies de chacun et loin des discours ou mots buzz du moment. Les politiques dites publiques…. sans grand sous aujourd’hui et encore plus demain .. doivent comprendre que leur rôle n’est plus de faire mais d’accompagner dans la diversité… Et ceci n’est ni d’un côté, ni d’un autre bord des champs / chants du politique !
C’est bien plus simplement l’engagement local et le respect de ses concitoyens.
Cela s’appelait : la Chose Publique.

Cliquez ici pour laisser votre commentaire.

Haut de Page



le 2 août 2014 par Envie De Lire
modifie le 2 août 2014

Notes

[1] Relire à l’occasion ce qu’en disait Jean Baudrillard dans le livre L’Échange symbolique et la mort : "les sociétés occidentales ont subi une « précession de simulacre ». La précession, selon Baudrillard, a pris la forme d’arrangement de simulacres, depuis l’ère de l’original, jusqu’à la contrefaçon et la copie produite mécaniquement (cf. Walter Benjamin : « L’œuvre d’art à l’ère de la reproductibilité technique »), à travers « le troisième ordre de simulacre » où la copie remplace l’original