« 14 » de Jean Echenoz - 2012

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 1480 (5 par jour)
En débat

« 14 » de Jean Echenoz - 2012

Auteur
Oeuvre variée que celle de Jean Echenoz !
Romans, nouvelles, biographie, scénarios de films, films.
Jean Echenoz a publié son premier roman en 1979 aux Editions de Minuit auxquelles il est resté fidèle. En 2001 Jérôme Lindon, le patron de la maison meurt et Echenoz lui consacre un livre « Jérôme Lindon ».

 
Echenoz, dès 1979 écrit en collaboration le scénario du film de Robert Besson - La Rose et le Blanc - ; en 1991 Cherokee est adapté au cinéma. Trois films, au moins sont signés Jean Echenoz.
Monographies, articles, critiques etc… lui sont réservés ainsi que des études de son oeuvre (cf par exemple la collection Ecrivains au présent).

 
Ouvrage
« 14 » - Roman Oct 2012 - Editions de Minuit.

Avec la lecture de ce livre (court - une centaine de pages), on participe à la commémoration de la guerre 14-18.
C’est la guerre, mais pas les tranchées !
On est loin de Dorgelès ! Des soldats certes mais avant tout des hommes que des femmes attendent.
« Reste à savoir s’ils vont revenir. Quand. Et dans quel état » (4e de couverture). Le monde quotidien défile et la vie emporte Anthime et Charles et Blanche. D’ailleurs, les thèmes, le style feraient presque oublier le sujet. Très spontanément, simplement, en observateur libre, le narrateur rapporte les faits, sans s’impliquer, sans moraliser, jouant même avec l’humour. Les chutes de chapitres sont particulièrement savoureuses. L’horreur est souterraine, mais elle n’en est que plus vive. Elle n’est guère soulignée et toujours très discrètement.

Suggéré par MA.AP

Haut de Page


Extraits de l'ouvrage "14"

"Dehors, fond sonore de dimanche : tout est plus silencieux qu’en semaine…
C’est aussi plus calme car il y a moins de monde, notamment plus d’hommes jeunes dans les rues - ou alors des tout jeunes qui, communément certains que ce conflit sera très bref, l’ignorent et ne veulent pas s’inquiéter… Les myopes, par exemple, exemptés dans un premier temps et protégés par leurs lunettes, ne songent pas un instant qu’ils pourraient bien prendre avec elles un de ces jours un train vers l’Est, si possible équipés d’une paire de rechange…"

« … tandis que l’orchestre tenait sa partie dans le combat, le bras du baryton s’est vu traversé par une balle et le trombone est tombé, très mauvaisement blessé : le rond s’est resserré d’autant et, quoique en formation restreinte, les musiciens ont continué de jouer sans la moindre fausse note, puir comme ils reprenaient la mesure où se lève l’étendard sanglant, la flûte et l’alto sont tombés morts. »

« La seule solution consistant à n’être plus apte, c’est évidemment la bonne blessure qu’on attend faute de mieux, celle qu’on en vient à désirer, celle qui (voir Anthime) [1] réside en ce qu’elle ne dépend pas de vous. Cette bienfaisante blessure certains ont donc tenté de se l’administrer eux-mêmes sans trop se faire remarquer, en se tirant une balle dans la main par exemple, mais en général, ils ont échoué : on les a confondus, jugés puis fusillés pour trahison. Fusillé par les siens plutôt qu’asphyxié, carbonisé, déchiqueté par les gaz, les lance-flammes ou les obus des autres, ce pouvait être un choix. Mais on a aussi pu se fusiller soi-même, orteil sur la détente et canon dans la bouche, une façon de s’en aller comme une autre, ce pouvait être un deuxième choix. »

« Le silence semblait donc vouloir se rétablir quand un éclat d’obus retardataire a surgi, venu d’on ne sait où et on se demande comment, bref comme un post-scriptum. C’était un éclat de fonte en forme de hache polie néolithique, brûlant, fumant, de la taille d’une main, non moins affûté qu’un gros éclat de verre. Comme s’il s’agissait de régler une affaire personnelle sans un regard pour les autres, il a directement fendu l’air vers Anthime en train de se redresser, lui a sectionné le bras doit tout net, juste au-dessous de l’épaule. »

Haut de Page



Compléments de lecteurs



le 26 janvier 2014 par Envie De Lire
modifie le 2 février 2014

Notes

[1] Anthime a été blessé. Un éclat d’obus a sectionné son bras droit (voir extrait final)